La gourmandise est le septième péché capital de la religion catholique.
Au VIe siècle, le pape Grégoire Ier le Grand décrit les 5 manières de faire preuve de gourmandise (reprises au XIIIe siècle par Saint Thomas d'Aquin qui en fait un péché capital) :
  1. le moment : manger avant le moment du repas afin de satisfaire l'organe du goût ;
  2. la qualité : rechercher des délices et une meilleure qualité de la nourriture pour satisfaire « les ignobles sens du goût » ;
  3. les stimulants : rechercher des sauces et assaisonnements pour le plaisir du palais ;
  4. la quantité : manger plus que nécessaire ;
  5. le désir : manger avec trop de désir, bien qu'en absorbant une quantité raisonnable – cette dernière étant la pire.
Au XVIIe siècle, le pape Innocent XI confirme que c'est un péché de manger ou boire pour l'unique motif de satisfaire le goût. Il précise toutefois que ressentir le plaisir de manger n'est pas une faute car c'est généralement impossible de manger sans éprouver la joie que produisent naturellement les aliments. Ce n'est donc pas un péché si le mobile du repas est bon et digne.
En France se développe dès lors une vision positive du gourmand.
La gourmandise est par la suite décrite comme une civilité, une politesse à la manière des soupers fins sous Louis XV (Almanach des Gourmands, 1803 – 1810, Grimod de La Reynière).
Le terme de Gastronomie tend à remplacer celui de Gourmandise, trop connoté religieusement, et s'impose en Europe grâce à Brillat-Savarin (1755 - 1826) qui présente l'art de la bonne chère comme une véritable science.
En 2003, il est demandé au pape Jean-Paul II que le péché capital soit renommé, en français, Gloutonnerie (ou Intempérance ou Goinfrerie) plutôt que Gourmandise, des termes qui caractérisent davantage le sens de la démesure et d'aveuglement.
Source wikipedia
C'est intéressant de constater que le discours médical repose sur les références du moment, de la quantité, et des stimulants; c'est du bon sens. Par contre, le discours moralisateur dénonce clairement la recherche du plaisir ! Et ça, je suis étonné qu'il persiste depuis aussi longtemps.
On comprend mieux la frustration !

J'interviens au Château de Chamerolles, dans le Loiret, les 12, 13, 19 et 20 octobre 2013 à l'occasion de l'évènement "Cuisine Au Château" sur le thème "Nutrition & Gourmandise" ; je réponds aux questions de tous les gourmands qui veulent aussi prendre soin d'eux. J'ai synthétisé mes conseils dans une série de 5 billets postés cette semaine.

A propos de l'auteur :