Première clé : faire la différence entre la faim et l'envie de manger.
La première chose à travailler en sortant de consultation est de différencier la faim et l'envie de manger : le besoin ou la gourmandise. La faim se traduit par l'envie irrépressible de se nourrir, ce qui signifie que, même si tu n'aime pas les choux de Bruxelles, quand tu as faim, ben tu les manges ! Dans cette logique, on peut définir le grignotage comme manger sans avoir faim. Du coup, il suffit de se poser la bonne question avant de manger: est-ce que j'ai faim ? Est-ce que je mange par faim ou par envie ? Ou bien parce que je ressens une émotion désagréable comme de la tristesse, de la colère, de l'angoisse ou de la frustration ? Est-ce que je ne souhaite pas tout simplement remplacer cette émotion désagréable par une sensation bien plus sympa ? Est-ce que je mange parce que c'est bon ? C'est simple et diablement compliqué en même temps, parce qu'il faut y penser et puis une fois qu'on a la réponse, il faut se trouver une activité compensatoire à la place de manger: une activité physique, de la poterie, de la chorale, de la lecture ou blogger, histoire que la satisfaction qu'on en retirera soit associée à la sensation désagréable déclenchante, et qu'à l'avenir, on ne pense plus à manger quand ça ne va pas.
En revanche, si tu as faim, ben il faut manger ! C'est le bon moment pour choisir un aliment qui te fait plaisir ; un fruit, 2 carrés de chocolat, une madeleine... ;)
De la même façon qu'il est préférable d'attendre d'avoir faim pour manger, il est judicieux de s'arrêter de manger lorsqu'on est rassasié ; et cette sensation apparaît au bout d'une vingtaine de minutes. ça explique pourquoi, on te rabâche les oreilles qu'il faut manger lentement, en mastiquant bien, en posant tes couverts... pour que tu puisses manger une quantité adapter de nourriture (et donc de calories) ; plus tu manges vite, et plus tu ingurgites de nourriture en vingt minutes ! Donc, prends ton temps pour manger l'ami, dégustes! Manger c'est comme boire du vin: on regarde, on respire, on goûte et on en parle. Prendre un repas est une vraie activité, ça se partage (comme le goûter par exemple, ou le petit-déjeuner) ; ça ne se fait pas seul, debout devant le frigo !
On commence par l'entrée ou le plat principal, et avant de manger le yaourt, le fromage ou le fruit, pose-toi la question: est-ce que j'ai encore faim pour continuer à manger ou est-ce que je continue juste parce que j'aime bien finir par quelque chose de sucré ? :)
Voilà la première clé, enfin pour moi. Qu'en pensez-vous ?

A propos de l'auteur :